Evénements

Conférence avec Xavier Rey : ''Degas et le nu''

23 mars 2016

A l'occasion de l'exposition de Witold Pyzik "Incandescentes", Xavier Rey, directeur des collections et conservateur au musée d'Orsay, a donné une conférence sur "Degas et le nu".

Tout au long de sa très longue carrière, Edgar Degas (1834-1917) ne cesse jamais de travailler le nu, de la formation académique de ses débuts où il copie les grands maîtres aux œuvres les plus surprenantes de la fin de sa vie dans les premières années du XXe siècle. Exercice ancestral pour les artistes occidentaux, le nu est le genre qui, plus que tout autre, marque la singularité de Degas au sein des artistes considérés aujourd’hui comme impressionnistes et démontre la place éminente de l’artiste entre tradition et avant-gardes de la modernité.
Spécialiste de l’impressionnisme, Xavier Rey a été commissaire de plusieurs expositions consacrées au Nu et à Edgar Degas, notamment «Degas et le nu» présentée au Museum of Fine Art, Boston en 2011 puis au musée d’Orsay en 2012 et Masculin / Masculin au musée d’Orsay en 2013 et au MUNAL de Mexico en 2014.









Cliquez sur une image pour l'agrandir

Rencontre avec Aude de Kerros

22 mars 2016

Aude de Kerros est graveur, peintre, essayiste et critique d’art. A partir des années 1990, elle se fait connaître par de nombreux livres, articles et interventions de décryptage et d’analyse de monde de l’art. Au moyen d’une documentation abondante et de très nombreux exemples, Aude de Kerros prend part au débat sur l’art contemporain, dénonçant ses dérives et ses excès, la financiarisation de l’art et « l’art officiel conceptuel français. » A propos de la vérité dans l’art, Aude de Kerros souligne le détournement sémantique du mot art : « Aujourd’hui deux sens simultanés et opposés sont attachés au même terme : - l’art, forme incarnée et accomplie faite de matière et de main d’homme, qui révèle la réalité visible et invisible, au-delà des mots ; - l’art contemporain (ou AC), qui se déclare seul contemporain, fondé sur un concept, une stratégie de déconstruction, de détournement d’objets ou d’entités déjà existantes, dans un but critique et moralisant. » Après le succès de L’art caché (Eyrolles, 2007 et 2013), vient de paraître L’imposture de l’art contemporain, une utopie financière (Eyrolles).





Cliquez sur une image pour l'agrandir

Rencontre avec Emmanuel de Waresquiel

16 mars 2016

"L'historien ne sait rien !" C'était le thème qu'avait choisi de traiter avec passion Emmanuel de Waresquiel hier soir dans le cadre des Rencontres de la Galerie Guillaume. C'est dire la modestie de ce grand historien, spécialiste du XIXe siècle, dont les biographies de Talleyrand, de Fouché, entre autres, connaissent un immense succès, et représentent des centaines de pages, des années de travail à décortiquer les vies de ses personnages. Des enquêtes dignes de Nestor Burma. "L'historien est un mécanicien !" a conclu Emmanuel de Waresquiel.

 







Cliquez sur une image pour l'agrandir

Rencontre avec Grégoire Plus

17 février 2016

Grégoire Plus est un saltimbanque des temps modernes. Sur "la scène" de la Galerie Guillaume, dans le cadre des Rencontres "Vivre en vérité", il a interprété des textes splendides de Christian Bobin, un de nos plus grands poètes contemporains. Grégoire Plus a composé lui-même ce spectacle, "Du minuscule et de l'imprévisible", qu'il a joué au festival Off d'Avignon en 2014. Pour lui, "Bobin porte et touche ce qu’il y a de plus humain en nous : l’émerveillement, la lenteur, l’esprit d’enfance, se laisser déborder par le réel, en côtoyant et en ne fuyant pas le banal de nos journées et les épreuves les plus rudes".









Cliquez sur une image pour l'agrandir

Vernissage Place aux jeunes - 4ème édition

Du 19 janvier au 19 avril 2016

Le vernissage de "Place aux jeunes (4ème édition)" a commencé de façon atypique : à la bougie et à la lampe de poche ! En faisant des travaux rue de Penthièvre, juste devant les vitrines de la galerie, ERDF, pourtant averti de l'événement, avait sectionné le câble d'alimentation électrique une heure avant... Grâce à l'intervention très efficace de Jeanne d'Hauteserre, maire du 8ème, la fée est finalement revenue au cours de la soirée. Puis Madame le Maire, toujours bienveillante, est venue à la rencontre de ces quatre jeunes talents et de leurs œuvres : les grands murs peints à la profondeur mystérieuse de Côme Clérino, les espaces évidés mais pleins de lumière de Claire Castagnet, les rêves en couleurs généreuses et parées d'exotisme d'Anna-Lisa Unkuri, et les falaises chargées d'écritures légères d'Emmanuel Ruben, artiste-romancier-voyageur. Un public nombreux et chaleureux a fait bel accueil à ces jeunes énergiques et inspirés, et à l'accord de leurs expressions. Plusieurs de leurs œuvres, dès le soir du vernissage, ont rejoint des collections importantes.  





























Cliquez sur une image pour l'agrandir

Rencontre avec Stephan Posner

13 janvier 2016

La rencontre avec une œuvre d'art peut toucher, peut bouleverser, peut changer une vie. De même, et davantage encore sans doute, des rencontres humaines peuvent transformer des vies. C'est le témoignage qu'est venu livrer Stephan Posner dans le cadre des Rencontres de la Galerie Guillaume. Stephan Posner est le directeur général de L'Arche en France, l'association fondée il y a 50 ans par Jean Vanier qui a essaimé sur les cinq continents en créant avec le succès que l'on sait des petites communautés fraternelles où les personnes accueillies, souffrant de déficiences mentales, se sentent bien. L'Arche encourage des relations de transformation réciproques, au travers desquelles ceux qui aident sont transformés par ceux qu'ils rencontrent. Jean Vanier a en effet découvert que les personnes que la société a tendance à considérer comme les plus vulnérables ont un rôle important en ce qu'elles permettent aux plus forts de reconnaître et d'accueillir leur propre vulnérabilité. 









Cliquez sur une image pour l'agrandir